Qualité eau Layon Aubance Louet

De l'eau, des hommes, du courage et du temps

La qualité de l’eau des rivières

Bienvenue sur l’observatoire de la qualité de l’eau des rivières sur le territoire du SAGE Layon Aubance Louets. La carte ci-dessous présente les valeurs en termes de pesticides, de nitrates, de phosphore puis de carbone organique mesurées dans les rivières en 2017. Un travail est en cours pour vous présenter les données de l’année 2018.
Cet observatoire vous est proposé en partenariat avec l’Établissement Public Territorial du Bassin de la Sèvre Nantaise, qui a conçu le logiciel.

 

Observatoire de la qualité de l’eau : les pesticides en 2017

 

Les pesticides (produits phytosanitaires) sont des produits chimiques appliqués sur une culture, des plantes ou des aliments pour lutter contre des organismes vivants jugés nuisibles. Ils rassemblent les insecticides, les fongicides (contre les champignons), les herbicides ou désherbants, les parasiticides. Les pesticides regroupent plus de 1000 substances chimiques appartenant à près de 150 familles chimiques différentes. Même en très faible quantité, ils peuvent polluer l’eau des rivières.
Cliquez sur les stations de mesure pour accéder aux informations. Les données de certaines stations apparaissent aussi pour l’année 2016, ce qui permet une comparaison.

 

Observatoire de la qualité de l’eau : les nitrates en 2017

 

L’azote est présent dans le sol, dans les eaux et dans l’air sous plusieurs formes. Il est consommé par les plantes qui s’en servent pour leur croissance. L’azote dans le sol se trouve sous forme de matière organique et sous forme minérale dont la forme la plus stable est le nitrate.
Ingérés en trop grande quantité, par exemple dans l’eau potable, les nitrates ont des effets toxiques sur la santé humaine (remarque : il n’y a pas de captage d’eau potable sur le territoire du SAGE). Par ailleurs, les nitrates contribuent à modifier l’équilibre des milieux aquatiques en provoquant des phénomènes d’eutrophisation : prolifération d’algues, etc.
Cliquez sur les stations de mesure pour accéder aux informations. Les données de certaines stations apparaissent aussi pour l’année 2016, ce qui permet une comparaison.

 

Observatoire de la qualité de l’eau : le phosphore en 2017

 

Environ la moitié du phosphore émis dans le milieu naturel vient des activités humaines (engrais en agriculture, rejets des stations d’épuration, détergents,…). Le phosphore est consommé par les plantes. Tout comme les nitrates, un excès de phosphore dans une rivière est un des facteurs d’eutrophisation. Des algues se développent, dégradant les milieux de vie de la faune aquatique.
Cliquez sur les stations de mesure pour accéder aux informations. Les données de certaines stations apparaissent aussi pour l’année 2016, ce qui permet une comparaison.

 

Observatoire de la qualité de l’eau : le carbone organique dissous en 2017

 

Le carbone organique dissous présent dans l’eau est un autre indicateur de la dégradation ou du bon état des écosystèmes. Une forte teneur en carbone organique dissous tend à provoquer la baisse de la teneur en oxygène. Les espèces présentes dans le cours d’eau (poissons, etc.) n’ont alors plus assez d’oxygène, ce qui peut provoquer des mortalités et dégrader de façon générale le milieu aquatique.
Cliquez sur les stations de mesure pour accéder aux informations. Les données de certaines stations apparaissent aussi pour l’année 2016, ce qui permet une comparaison.

 

 

La qualité de l’eau en termes de « substances émergeantes » (médicaments,…)

 

Des substances émergeantes, qui comprennent des médicaments, sont présentes dans les rivières. Leurs effets sur la santé humaine et sur les milieux aquatiques restent aujourd’hui mal connus. Afin d’améliorer la connaissance de la présence de ces substances dans les cours d’eau, le Syndicat a réalisé un suivi sur l’Aubance d’avril à octobre 2018. Le suivi d’autres cours d’eau du territoire est prévu au cours des années suivantes.

Les substances retrouvées sont des médicaments psychotrope (Oxazépam, Carbamazépine), analgésique (Diclofénac), anti-inflammatoire (Naproxène, Acide Niflumic), anxiolytique (Propanolol), un perturbateur endocrinien (Propylparaben) et la caféine. Les concentrations sont très variables selon les prélèvements et parfois élevées, du même ordre de grandeur que certains pesticides.
Le plan national santé environnement vise notamment à améliorer la connaissance du danger (PNSE3) 2015-2019 (Action n°46 : travailler sur la disponibilité et le partage de données permettant de connaître le danger et l’exposition pour les résidus de médicaments humains et vétérinaires dans les eaux).

 

 

La qualité de l’eau en termes de pesticides : interprétation et objectifs

 

Les objectifs

La Commission Locale de l’Eau a fixé 2 objectifs concernant les pesticides dans les eaux superficielles:

  • atteindre 1 µg/l pour la somme des substances actives en 2018,
  • atteindre 0,5 µg/l en percentile 90 en 2027.

 

Le respect des objectifs pour le cumul des pesticides

Sur l’Aubance, l’objectif de 2018 est atteint à la source et plus en aval à Louerre. À la source, l’objectif 2027 est atteint, et il l’était presque en 2016 pour l’Aubance à Louerre.

Sur le bassin versant du Layon, aucune station n’a encore atteint les objectifs fixés par le SAGE. Cependant, la tendance est à la baisse depuis 2014. Sur le Layon à Martigné-Briand, l’augmentation du centile en 2016 est liée à des teneurs élevées en AMPA mesurées en juillet, août et septembre. Le calcul des centiles en prenant en compte les nouveaux métabolites recherchés en 2016 ne montre pas de différence sur le Layon.

 

Le point sur les substances les plus quantifiées

Les molécules les plus détectées sur la période 2010-2016 sont les suivantes :

– Glyphosate (Parmi les 15 molécules les plus détectées dans 17 stations sur 18) : Le glyphosate est l’herbicide le plus utilisé dans le monde. Désherbant non sélectif, il est aussi bien utilisé pour du désherbage agricole que pour l’entretien des espaces urbains et industriels, ou encore particuliers. En agriculture, le glyphosate permet une destruction efficace des adventices ou des repousses, sans effet sur la culture suivante. Il est notamment utilisé en viticulture.
– AMPA (Parmi les 15 molécules les plus détectées dans 17 stations sur 18) : l’AMPA est un des principaux produits de dégradation du glyphosate.
– Atrazine (Parmi les 15 molécules les plus détectées dans 15 stations sur 18) : l’atrazine est un herbicide pour tous usages, interdit depuis 2003. Ce sont surtout les métabolites de l’atrazine qui sont retrouvés : atrazine désethyl, 2-hydroxy-atrazine, atrazine déisopropyl, déisopropyl-désethyl atrazine
– Isoproturon (Parmi les 15 molécules les plus détectées dans 14 stations sur 18) : herbicide appartenant à la famille des urées substituées. Interdit depuis 2017, il était utilisé sur blé tendre d’hiver, les graminées fourragères, l’orge et le seigle d’hiver.
– Métolachlore (Parmi les 15 molécules les plus détectées dans 12 stations sur 18) : herbicide maïs. Il a été interdit en 2003 pour être remplacé par le S-métolachlore. Ce sont principalement ses métabolites : le métolachlore ESA et le métolachlore OXA, bien que n’étant recherchés que depuis 2015, qui sont détectés.
– Chlortoluron (Parmi les 15 molécules les plus détectées dans 10 stations sur 18) : utilisé habituellement en hiver pour le désherbage des cultures (céréales).
– Alachlore (Parmi les 15 molécules les plus détectées dans 10 stations sur 18) : herbicide maïs interdit depuis 2008. Seul son métabolite, l’alachlore ESA est détecté.
– Aminotriazole (Parmi les 15 molécules les plus détectées dans 9 stations sur 18) : herbicide interdit depuis fin 2015. L’aminotriazole était utilisée principalement en viticulture.
– Bentazone (Parmi les 15 molécules les plus détectées dans 9 stations sur 18) : Herbicide sélectif utilisé principalement pour le désherbage du maïs, des céréales d’hiver et de printemps, pois.
– Propyzamide (Parmi les 15 molécules les plus détectées dans 9 stations sur 18) : herbicide utilisé dans différents types de cultures de colza, pois, soja, tournesol, féveroles d’hiver, sur les vignes et vergers et certaines cultures légumières.
– Diuron (Parmi les 15 molécules les plus détectées dans 7 stations sur 18) : utilisé comme désherbant pour tuer les graminées indésirables et d’autres mauvaises herbes annuelles et persistantes à feuilles larges, en viticulture notamment. On l’utilisait aussi dans les jardins, et pour désherber les bords de routes ou les voies ferrées. Son usage en France est interdit depuis le 13 décembre 2008.
– Métaldéhyde (Parmi les 15 molécules les plus détectées dans 7 stations sur 18) : molluscide toutes cultures

Le fait qu’une molécule soit détectée ne renseigne pas sur la concentration de cette molécule.

 

 

Ressources externes

 

Le réseau de suivi de la qualité des cours d’eau et des rivières de Maine-et-Loire, repose sur le système d’évaluation de la qualité des eaux par altérations. Vous pouvez retrouver les données et informations sur le site dédié de l’observatoire de l’eau du département de Maine-et-Loire ICI

– Carte des Stations d’épurations communales : avec accès aux fiches par station

– Carte des points de suivi

17 cartes dynamiques pour découvrir la qualité des eaux en Loire-Bretagne

La qualité des eaux devient plus concrète avec les cartes dynamiques publiées sur le site eau-Loire-bretagne.fr : choisissez votre territoire… exporter ou imprimer votre carte…

La DEP a mis en ligne des cartes dynamiques Carmen sur la qualité des eaux. Elles complètent les cartes sous forme d’images et des fiches de présentation des résultats.

Ces cartes dynamiques complètent les communications déjà existantes sur le site internet eau-Loire-bretagne.fr  :

  • Le n° 91 spécial Qualité des eaux paru en janvier 2017 : n° spécial de l’Eau en Loire-Bretagne qui présente les résultats de qualité à l’échelle du bassin et des commissions territoriales. Des résultats d’actions financées par l’agence avec leur impact sur la qualité des eaux sont également présentés.

Accéder aux cartes issues de l’outil Carmen (CARMEN, c’est la Cartographie du Ministère de l’Environnement).

 

 

Téléchargement des données de la qualité de l’eau en termes de pesticides

 

Les données brutes des valeurs de concentration pour chaque pesticide sont proposées au téléchargement ci-dessous. Ces données seront rendues accessibles au grand public courant 2019 via le portail national Naïdes.

Résultats des mesures de concentration des pesticides en rivière réalisées par le Syndicat Layon Aubance Louets :

Septembre 2018 – Layon aval, Hyrôme et Jeu
Août 2018 – Layon aval, Hyrôme et Jeu
Juillet 2018 – Layon aval et Hyrôme
Juin 2018 – Layon aval et Hyrôme
Mai 2018 – Layon aval et Hyrôme
Avril 2018 – Layon aval et Hyrôme

Données de janvier, février et mars à venir.

Concentrations des pesticides retrouvés de 2010 à 2017 sur l’ensemble des cours d’eau du territoire :

2010-2017 – Ensemble des cours d’eau

Aide à la lecture

Téléchargement

Téléchargez
le n°23 de
la lettre de l'eau

 

 

Syndicat Layon Aubance Louets

Cellule d'animation du SAGE Layon Aubance Louets
ZA du Léard
Thouarcé, 49380 BELLEVIGNE EN LAYON
Tél. en cours d'attribution 
contact@layonaubancelouets.fr

Galerie photo

Découvrez en images les paysages des bassins versants et les travaux réalisés